• fr
  • en

Posts By : MuseeAdministration

L’histoire du Desert Eagle Mk XIX

Cette semaine, nous vous présentons un Desert Eagle Mk XIX qui nous est prêté au Musée par un généreux collectionneur.

L’histoire du Desert Eagle Mk XIX

Le Desert Eagle Mk XIX que nous avons au Musée a été fabriqué par la Israel Weapon Industries (IWI) en Israël. Depuis ses débuts en 1980, la fabrication de cette arme est partagée entre les États-Unis et Israël. Depuis 2009, le Desert Eagle est produit à nouveau aux États-Unis.

Le Desert Eagle est célèbre, entre autres, car il a été le premier pistolet semi-automatique pouvant tirer la cartouche .357 magnum, la cartouche .44 magnum et pouvoir être chambré en .50AE, une munition dont la puissance est à ce jour la plus forte produite pour un pistolet semi-automatique. À l’origine, ces pistolets ont d’ailleurs été conçus pour pouvoir interchanger les ensembles canon/glissière/verrou.

Contrairement à la majorité des pistolets semi-automatique, avec un mécanisme par le recul, cette arme est actionnée par un emprunt de gaz, qui permet de tirer des munitions de grande puissance. Il a été démontré que l’arme peut sans difficulté percer un livre d’épaisseur moyenne.

Comme sa masse et son encombrement le rendent difficile à porter en permanence comme arme de défense, il est surtout apprécié des tireurs sportifs, dans les compétitions et par les chasseurs américains.

Notre arme

Le modèle que nous avons est la 3e version de production de ce pistolet. La principale différence entre cette version et les autres modèles Desert Eagle réside dans le fait que la version Mark XIX est limitée à une seule taille de carcasse.

Autre particularité de ce modèle : il possède un canon en une seule pièce. Les modèles précédents possédaient un canon à deux pièces avec une partie distincte.

Sur le côté gauche de la glissière, on retrouve les inscriptions «DESERT EAGLE PISTOL INC.» et «MAGNUM RESEARCH INC. PILLAGER MN USA».

Sur le côté droit de la glissière, on peut lire les inscriptions « ISRAEL WEAPON INDUSTRIES (IWI) LTD.» et «MADE IN ISRAEL»

Le calibre de l’arme est une cartouche de .44 magnum et la capacité du chargeur est de 8 coups. La longueur du canon, quant à elle, est de 6 pouces (152 mm).

Une arme médiatisée

On peut voir cette arme au cinéma et très souvent dans les jeux vidéos. Pensons aux films Matrix, Nikita et aux jeux vidéos tels que Grand Theft Auto, Call of Duty et Battlefield 4.

Informations sur l’arme

Merci à Monsieur Luc Laitres de nous permettre de présenter cette arme au Musée.

Sources :
  • Magnum Research, Desert Eagle, https://www.magnumresearch.com/desert-eagle
  • Martin J. Dougherty, Armes à feu : encyclopédie visuelle, Elcy éditions, 304 p. (ISBN 9782753205215), p. 102.
Manurhin Walther PP Sport 22 LR
Manurhin Walther PP Sport 22 LR

CHAQUE ARME A SON HISTOIRE | Cette semaine, il nous fait plaisir de vous présenter l’arme reçue par le très honorable Louis Stephen Saint-Laurent, premier ministre du Canada de 1948 à 1957, lors de l’Exposition française de Montréal en 1954.

L’Exposition française de Montréal

L’Exposition française de Montréal s’est tenue du 10 au 26 septembre 1954 au Palais du Commerce de Montréal avec l’objectif de montrer que le savoir-faire français ne se limite pas aux seuls produits de luxe ou du terroir et pour développer les relations économiques internationales entre la France et le Canada.

Le premier ministre Louis Saint-Laurent a inauguré l’Exposition française le jeudi soir 9 septembre au Palais du Commerce de Montréal avec 1200 invités, dont des sénateurs, des députés et des industriels accompagnés de leur femme. Les journalistes n’étaient pas invités à la soirée d’inauguration.

Source : Le Devoir

Pendant les 17 jours de l’événement, plusieurs milliers de visiteurs se sont rendus à Montréal pour visiter l’Exposition française qui a été qualifiée de succès.

Manurhin Walther PP Sport 22 LR

L’arme que nous vous avons reçue en don est un Manurhin Walther PP Sport 22 LR; elle est rangée dans un coffret de présentation vert avec l’inscription Exposition française de Montréal sur le dessus. Dans le coffret, on retrouve l’arme en question en parfait état, un magasin supplémentaire, une tige de nettoyage et des clés.

Manurhin Walther PP Sport 22 LRSur le côté droit de l’arme, un semi-automatique, on retrouve l’inscription Le très honorable Louis Stephen Saint-Laurent ainsi que le numéro de série. Sur le côté gauche, on peut découvrir le fabriquant, le modèle, le calibre ainsi que le logo du fabriquant et l’inscription Made in France.

L’arme a été fabriquée par Manurhin, un fabriquant d’armes légères et de revolvers très connu en France. Cette arme aurait été offerte au premier ministre du Canada lors de l’Exposition française de 1954.

Louis Stephen Saint-Laurent

Louis Stephen St-Laurent est né le 1er février 1882 à Compton, au Québec. Il était un brillant avocat, un homme politique respecté et a été premier ministre du Canada de 1948 à 1957. Au cours de son mandat, le gouvernement a élargi le programme de pensions de vieillesse, a adopté l’assurance hospitalisation et a approuvé les paiements de péréquation aux provinces. Durant ses mandats, Terre-Neuve s’est aussi jointe à la Confédération et le Canada a participé à la Guerre de Corée.

Après un voyage autour du monde en 1954, duquel il revient au pays en mars, St-Laurent semble fatigué. En juin 1957, le gouvernement de St-Laurent est renversé par le Parti progressiste-conservateur de John Diefenbaker. En janvier 1958, il se retire de la scène politique et retourne à son cabinet d’avocats à Québec.

St-Laurent était très admiré pour sa capacité à prendre des décisions, son patriotisme et sa vivacité d’esprit. Tous ceux qui ont travaillé avec lui le tenaient en haute estime. En 1967, il est nommé Compagnon de l’Ordre du Canada « pour services rendus au pays ».

Peu de temps après sa mort le 25 juillet 1973, sa maison natale devient le Lieu historique national Louis S. St-Laurent. Sa maison, le magasin général de sa localité et d’autres édifices des Cantons de l’Est, au Québec, célèbrent son passage sur Terre. Ses réalisations sont aussi commémorées à la Maison patrimoniale Louis S. St-Laurent dans la ville de Québec.

Informations sur l’arme

Manurhin Walther PP Sport

Bibliographie :

Bothwell, R. (2015). Louis St-Laurent. Dans l’Encyclopédie Canadienne. Repéré à https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/louis-st-laurent

Le Devoir, 1954-09-10, Collections de BAnQ.

Le Soleil, 1954-09-03, Collections de BAnQ.

Fau, Jean, Exposition française de Montréal – Catalogue officiel = official catalogue /, France, Comité permanent des foires à l’étranger, 1954, 151 p. : ill. ; 22 cm, Collections de BAnQ.

Ross Rifle M10
Ross Rifle Mark III M10

Ross Rifle Mark III M10

La carabine à verrou de la Ross Rifle Company a été conçue par le baron Charles Ross en 1896, au Canada. Cet homme influent présenta cette arme au gouvernement du Premier ministre du Canada Wilfrid Laurier.

À la mi-avril 1902, on annonce la construction d’une usine pour ce fusil. La Ross Rifle Company s’établit alors dans la ville de Québec dans le site construit sur les Plaines d’Abraham en 1903.

Trois versions de cette arme ont été produites. La version Mark I a été adoptée officiellement par l’armée canadienne en 1903 et par la Gendarmerie royale du Canada en 1905. L’arme a ensuite été modernisée et modifiée pour devenir le Mark II, en 1905, puis le Mark III a été conçu entre 1910 et 1916. Le modèle que nous vous présentons, la Ross Mark III a été réglementaire dans les forces armées canadiennes avant et pendant la Première Guerre mondiale.

Un problème de conception

Toutefois, ce modèle Ross a souffert d’un problème tristement célèbre. Lorsque l’assemblage de la culasse était retiré pour être nettoyé, la tête de la culasse pouvait être mal positionnée et replacée dans le fusil. L’action se fermait et permettait de chambrer une cartouche, mais les ergots de la culasse ne pouvaient pas tourner en position verrouillée. Cela provoquait une défaillance explosive lorsque l’arme était tirée et que la culasse était projetée vers l’arrière, dans le visage du tireur. Plusieurs personnes ont été tuées ou blessées et les soldats ont perdu confiance dans la conception et ont refusé d’utiliser les fusils. On a découvert que l’ajout d’un rivet au corps de la culasse empêchait la rotation de la tête de culasse dans la mauvaise position et de nombreux fusils Ross M10 ont été trouvés avec cette modification. Mais à ce moment-là, le gouvernement canadien avait déjà perdu confiance dans le système Ross.

Ross Rifle Mark III

Le Ross M10 a été retiré du service en 1916 et tous ont été retirés du service de première ligne et remplacés par le Lee-Enfield Mark III. Les Anglais, quant à eux, n’ont pas utilisé leurs fusils Ross pendant la première guerre mondiale, mais ils ont utilisé les fusils Ross qu’ils avaient en réserve pendant la deuxième guerre mondiale.

Ross Rifle Mark III

La production de cette arme a cessé complètement le 19 mars 1917 et les bâtiments de l’usine Ross Rifle Company ont été saisis par le gouvernement canadien quelques jours plus tard. En 1931, l’usine des Plaines a été démolie après avoir été louée à la North American Arms Company en 1918.

Au total

Au total, 419 310 fusils Ross ont été fabriqués, toutes versions confondues, dont 342 040 ont été achetés par le gouvernement britannique.

En 20 ans, le programme du fusil Ross a coûté 12 millions de dollars canadiens à l’administration canadienne, soit environ 284 millions de dollars valeur 2021.

Informations sur l’armes

Ross Rifle Mark III

Merci à notre donateur pour cette arme remplie d’histoire que nous aurons la chance d’exposer au Musée.

Lire aussi :

Tau Brno MK 8 Short
Pistolet MK 8 SHORT

Le pistolet MK 8 SHORT

Le pistolet MK 8 SHORT est un pistolet PCP à un coup fabriqué par Tau Brno CZ en République Tchèque et commercialisé en 2010. Il est conçu pour l’exercice des habitudes de tir, pour l’entraînement et pour le tir sur cible. D’ailleurs, les paramètres de ce pistolet correspondent aux exigences de la discipline olympique de l’International Shooting Sport Federation et peut donc être utilisé aux Jeux Olympiques par les athlètes.

Cette arme se caractérise notamment par un nouveau concept et une nouvelle construction de nœuds mécaniques individuels, prenant en compte les caractéristiques de haute utilité et les exigences spécifiques du tir sportif. Le pistolet se caractérise par un haut niveau de tir, une action extrêmement rapide du mécanisme et une grande stabilité due à l’ajustement optimal du centre de gravité de l’arme, du mécanisme de détente et des caractéristiques du régulateur de pression. Les nombreux éléments réglables lui confèrent une grande versatilité et plusieurs utilisations.

Caractéristiques de l’arme

Le pistolet a une longueur de canon de 205 mm (8 po) et une longueur totale de 406 mm (16 po). Le MK 8 SHORT tire des projectiles de calibre 177 PELLET à une vitesse initiale de plus de 152,6 m par seconde, ce qui en fait une arme à autorisation restreinte.

Tau Brno MK 8 Short

La pression dans le chargeur avec sa valeur maximale de 300 bars assure un nombre élevé de tirs (selon V0 jusqu’à 220). Le poids moyen de l’arme est de 1,9 livres et la poignée orthopédique réglable permet un fonctionnement confortable et une tenue stable.

Tau Brno MK 8 Short

Les séries TAU et MK sont connues dans le monde entier pour leur comportement convivial et leur grande capacité à compenser les erreurs du tireur.

Merci à notre donateur pour cette arme en parfaite condition.

Lire aussi :
Marble Game Getter
Marble Game Getter

CHAQUE ARME A SON HISTOIRE | Cette semaine, il nous fait plaisir de vous présenter un Marble Game Getter modèle 1921 que nous avons reçu en don au Musée.

Marble Game Getter

Le Marble Game Getter a été inventé par William Marble et fabriqué par la Marble’s Arms & Manufacturing Company à Gladstone. On retrouve d’ailleurs la gravure MARBLE’S GAME GETTER GUN. MARBLE ARMS & MANUFACTURING COMPANY, GLADSTONE, MICHIGAN, USA, sur le côté du canon.

Marble Game Getter

William Marble, avec ses 20 années d’expérience dans les forêts du Nord en tant que trappeur et garde forestier, souhaitait créer une arme à feu polyvalente et facile à transporter, capable d’abattre à distance raisonnable tout ce qui nage, marche ou vole dans les bois.

Le Marble Game Getter est donc une arme légère à double canon (over-under) avec une poignée en noyer. Elle est dotée d’une crosse squelette pliante et d’un canon de carabine sur un canon de fusil à canon lisse. Un percuteur à marteau pivotant manuellement est utilisé pour sélectionner le canon supérieur ou inférieur.

Marble Game Getter

Trois générations de ce système ont été produites : la première génération (modèle 1908), la deuxième génération (modèle 1921) et la troisième génération actuellement fabriquée par Marble Arms.

Le modèle 1921

L’arme présentée aujourd’hui fait partie de la deuxième génération et manufacturée entre 1921 et 1942. Elle porte le numéro de série 18632 qui correspond bien à ce modèle (numéros de série entre 10 001 et 20 000). Environ 11 000 armes du modèle 1921 auraient été produites.

Marble Game Getter

Le canon supérieur est de calibre 22 LR tandis que le canon inférieur est de calibre 410 avec une chambre de 2 ½ pouces, ce qui est plus rare; le modèle 410 comporte plus souvent une chambre de 2 pouces. La longueur des canons est de 15 pouces (380 mm) et l’arme est en très bon état.

Marble Game Getter

L’étui fait de cuir se porte sous les aisselles et a était fabriqué spécifiquement pour cette arme.

Merci à notre donateur pour cette arme historique.

Vous aimerez aussi :
Colt Model 1849 Pocket Revolver
Colt Model 1849 Pocket Revolver

Cette semaine, il nous fait plaisir de vous partager un Colt Model 1849 Pocket Revolver que nous avons reçu récemment en don au Musée.

Colt Model 1849 Pocket Revolver

Le Colt Model 1849 Pocket Revolver a succédé au modèle Baby Dragoon et était une version réduite du Model 1851 Navy. La production du modèle 1849 Pocket Revolver a débuté en 1850 et s’est poursuivi jusqu’en 1873.

Colt Model 1849 Pocket Revolver

La numérotation de la série de la 1849 est identique à celle de son prédécesseur (avec quelques chevauchements), commençant à environ 12 000 et se poursuivant jusqu’à environ 340 000. L’arme dans le boîtier porte le numéro 69 156 alors que celle présentée en dessous porte le numéro 92 636.

Les Colt Model 1849 Pocket ont été manufacturées dans trois villes différentes, soit à New-York, à Hartford aux États-Unis et enfin à Londres, en Angleterre, en très petite quantité. Sur le dessus des deux canons des armes présentées ici, on retrouve la gravure : ADDRESS SAM COLT/NEW YORK CITY, qui nous indique qu’elles ont été fabriquées aux États-Unis.

Ces deux arme ont des munitions de calibre .31, une capacité du barillet de 5 coups. L’un a une longueur de canon de 4 pouces et l’autre de 6 pouces.

Colt Model 1849 Pocket Revolver

Avec une production régulière de 23 ans, ce modèle à percussion a été l’un des plus produits par Colt.

Merci à notre donatrice pour cette arme historique.

Vous aimerez aussi : 
Webley Junior Air Pistol
Webley Junior Air Pistol

Lorsque que Webley et Scott s’est lancée dans la production d’armes à air comprimé dans les années 20, la réputation de la société anglaise pour la fabrication d’armes à feu de haute qualité était déjà bien établie. Le livre de WHB Smith, Gas, Air and Spring Guns of the World, décrit le Junior comme étant « construit aussi solidement que n’importe quelle arme à feu coûteuse ». Encore aujourd’hui, Webley produit des pistolets à air comprimé selon le même principe de conception.

Webley Junior Air Pistol

Webley Junior Air Pistol

Les premiers pistolets à air comprimé fabriqués par Webley étaient marqués avec des numéros de série jusqu’au début de la deuxième guerre mondiale. Les pistolets ultérieurs étaient marqués d’un numéro de lot à trois chiffres, comme c’est le cas ici. Nous retrouvons le numéro 973 à l’avant du tube de compression. Cette marque permettait d’identifier les pièces qui étaient montées sur des pistolets spécifiques lors de leur fabrication en usine.

Aucun pistolet à air comprimé n’a été produit entre 1940 et 1945.

Notre pistolet porte le numéro BIRMINGHAM 4 sur le côté du barillet, ce qui indique qu’il a été fabriqué avant 1958, date à laquelle le 4 a été supprimé.

Webley Junior Air Pistol

Mécanisme

L’arme suit le concept de base de Webley; pour armer, il faut débloquer l’arrière du canon et le relever pour l’amener au-dessus de l’avant boîtier de la culasse tubulaire.

Webley Junior Air Pistol

Il est conçu pour tirer des fléchettes ou des plombs. Ces armes sont souvent utilisées pour le tir à la cible.

Merci à notre donateur pour cette arme qui fait partie des collections du Musée.

Vous aimerez aussi :
Sources :
Carabine M1
L’histoire de la M1

La carabine M1

Introduite en 1941, la carabine M1 originale a été mise au point par Winchester pour les troupes américaines qui désiraient un fusil ou une carabine légère. Le projet Winchester, sous le nom de carabine calibre 30-M1, remporta le concours contre d’autres manufactures d’armement pour la production de la 2e guerre mondiale. Comme Winchester avait des moyens de productions limités, ses concurrents ont aussi eu l’occasion d’en fabriquer. Aussi surprenant que ce puisse être, les appels d’offre ont été partagés entre autres par General Motors, IBM, Underwood, Rock-Ola, Inland, Saginaw, National Postal Meter, Irwin-Pedersen et Quality H.M.C. L’arme présentée ici a été fabriquée par IBM Corp; l’inscription apparait sur le dessus du boîtier de la culasse.

Carabine M1

La carabine M1 était l’une des armes les moins chers à produire et utilisées par l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Au début de la Seconde Guerre mondiale, le coût moyen de production d’une carabine M1 était d’environ 45 dollars. Sa légèreté, le faible coût des cartouches et son coût bas de fabrication expliquent pourquoi l’armée américaine a choisi d’adopter cette carabine.

En plus d’avoir été utilisée largement par l’armée américaine durant la Seconde Guerre mondiale, cette arme a aussi été utilisée pendant la guerre de Corée et la guerre du Vietnam.

Carabine M1

En bref,

Le chargeur de 15 coups est détachable et le calibre de cette arme correspond à du 30 CARBINE. Sur la bague du boitier de la culasse, on retrouve les inscriptions U.S CARBINE et CAL .30 M1 sur 2 lignes différentes. Le mécanisme de cette arme est un emprunt de gaz. Ce semi-automatique compact peut aussi remplacer le pistolet et le pistolet-mitrailleur.

Peu de carabines M1 ont survécu avec toutes leurs pièces originales. Celle que nous vous présentons aujourd’hui est en excellent état.

Carabine M1

Vous aimerez aussi :

Lee-Enfield No5 Mark 1
Carabine Lee-Enfield N°5 Mark 1

Lee-Enfield N°5 MARK 1

Le Lee-Enfield N°5 Mark 1, aussi désigné « Carabine de Jungle », est une version plus légère et plus courte du fusil Lee Enfield n°4 MARK 1. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle sera d’abord surnommée « Lightened Rifle » (fusil allégé) avant d’être appelée « Jungle Carbine ».

Conçue vers 1943, elle a été fabriquée au Royaume-Uni de 1944 à 1947 par la Royal Ordnance Factory, Fazakerley (ROF(F)). Dès décembre 1943, plus de 100 000 exemplaires avaient été commandés. Elle a été approuvée officiellement par l’armée britannique le 21 mars 1944 avant d’être adoptée officiellement en septembre 1944.

Lee-Enfield No5 Mark 1Cette carabine fut utilisée en majorité sur le front du Pacifique, notamment en Birmanie en 1944 et 1945 contre le Japon. Appréciée des soldats britanniques qui l’ont côtoyée, elle connut une très courte carrière, puisque qu’elle a été retirée du service en 1947 à cause de problèmes techniques. Elle fut néanmoins employée par la jeune Armée birmane après 1948.

Une arme de collection

Fascinant les collectionneurs par sa rareté, elle est aussi appréciée par les tireurs sportifs pour sa vivacité lors du tir. Toutefois, elle ne conviendra pas vraiment à un tireur sportif compétitif, du fait de ses nombreux problèmes de précision.

Sur le côté gauche du boîtier de culasse, on retrouve la désignation du modèle suivi du fabriquant (ROF(F)), le mois et l’année de sa fabrication, soit novembre 1944 (11/44), et le numéro de série gravé à la main, ici D2691. Le canon est muni d’un cache-flamme conique.

 

Lee-Enfield No5 Mark 1

L’origine du nom Lee-Enfield

Savez-vous que signifie le nom de marque Lee-Enfield? Lee fait référence à James Paris Lee, le concepteur du fusil à chargeur Lee; Enfield fait quant à lui référence au système de rayures Enfield qui a été mis sur le marché en 1895.

Merci à notre donatrice pour cette arme qui est en parfait état.

Vous aimerez aussi :
Arme Lefaucheux
Arme Lefaucheux

À la fin mai 2021, nous avons demandé l’aide de nos abonnés sur Facebook pour nous aider à identifier l’arme que nous vous présentons aujourd’hui. Avec leur aide et quelques recherches, voici donc nos découvertes.

Arme Lefaucheux

Arme Lefaucheux

À la lumière de nos connaissances et des écrits, nous pouvons avancer que ce revolver à broche serait un Lefaucheux modèle 1864 (brevet 1864) fabriqué à Paris. Le marquage E. LEFAUCHEUX BREVETE, PARIS sur le dessus du canon est un excellent indicateur pour la marque ainsi que pour le brevet déposé en France le 31 octobre 1864 et le 3 février 1865. Le marquage LF 1224 sur le côté gauche de l’arme nous permet également d’affirmer qu’il s’agit d’un modèle de marque Lefaucheux.

Arme Lefaucheux

Le calibre de cette arme est du 7 mm pinfire, ce qui n’est pas surprenant puisque les cartouches pinfire étaient très populaires en Europe dans la moitié des années 1800. La longueur du canon est de 125 mm.

Cette arme est intéressante mécaniquement et visuellement; il s’agit d’un modèle à double canon, avec un cylindre de 20 cartouches utilisant une chambre en deux anneaux concentriques. L’anneau intérieur de dix cartouches est tiré depuis le canon inférieur et l’anneau extérieur de dix cartouches est tiré par le canon supérieur. Lorsqu’on arme et qu’on tire, l’arme alterne automatiquement entre les deux. À l’époque, c’était un moyen astucieux d’obtenir une grande capacité sans que le cylindre ne devienne trop énorme. Ce revolver de grande capacité était vendu sur une base limitée et pouvait contenir 8, 12 ou 20 cartouches, comme c’est le cas ici. Il s’agit d’un revolver antique assez rare.

Arme Lefaucheux

Eugène Lefaucheux (1832-1892)

Eugène Gabriel Lefaucheux est l’homme derrière ce revolver. Fils de Casimir Lefaucheux et armurier d’origine française, Lefaucheux déposera 16 brevets en Belgique. La fabrique d’armes Lefaucheux & Company a existé entre 1865 et 1873 à Liège.

En plus de Liège, Eugène Lefaucheux avait également des ateliers à Paris et à Trémerolles. Il est l’inventeur et le fabricant d’un revolver double action à carcasse à dessus ouvert qui utilise la cartouche à broche de son père.

Une arme historique

Grâce à l’intervention de la Police de Montréal, cette arme historique datant des années 1800 fut sauvée de la destruction compte tenu qu’elle a une place importante dans l’histoire. La communauté urbaine a donc permis à un Musée, le nôtre, d’en prendre possession afin d’en assurer la pérennité pour les générations futures.

Merci à Xavier Limoges, Steve Gagnon et Jean-Pierre Audet pour leur contribution, ainsi qu’à Guillaume Van Mastrigt!

*Informations mises à jour le 13 juillet 2021

Vous aimerez aussi :

Venez nous visiter!

Nous sommes très heureux de vous annoncer la réouverture de notre Musée. Venez nous visiter en grand nombre!