• fr
  • en

Posts By : MuseeAdministration

Webley Junior Air Pistol
Webley Junior Air Pistol

Lorsque que Webley et Scott s’est lancée dans la production d’armes à air comprimé dans les années 20, la réputation de la société anglaise pour la fabrication d’armes à feu de haute qualité était déjà bien établie. Le livre de WHB Smith, Gas, Air and Spring Guns of the World, décrit le Junior comme étant « construit aussi solidement que n’importe quelle arme à feu coûteuse ». Encore aujourd’hui, Webley produit des pistolets à air comprimé selon le même principe de conception.

Webley Junior Air Pistol

Webley Junior Air Pistol

Les premiers pistolets à air comprimé fabriqués par Webley étaient marqués avec des numéros de série jusqu’au début de la deuxième guerre mondiale. Les pistolets ultérieurs étaient marqués d’un numéro de lot à trois chiffres, comme c’est le cas ici. Nous retrouvons le numéro 973 à l’avant du tube de compression. Cette marque permettait d’identifier les pièces qui étaient montées sur des pistolets spécifiques lors de leur fabrication en usine.

Aucun pistolet à air comprimé n’a été produit entre 1940 et 1945.

Notre pistolet porte le numéro BIRMINGHAM 4 sur le côté du barillet, ce qui indique qu’il a été fabriqué avant 1958, date à laquelle le 4 a été supprimé.

Webley Junior Air Pistol

Mécanisme

L’arme suit le concept de base de Webley; pour armer, il faut débloquer l’arrière du canon et le relever pour l’amener au-dessus de l’avant boîtier de la culasse tubulaire.

Webley Junior Air Pistol

Il est conçu pour tirer des fléchettes ou des plombs. Ces armes sont souvent utilisées pour le tir à la cible.

Merci à notre donateur pour cette arme qui fait partie des collections du Musée.

Vous aimerez aussi :
Sources :
Carabine M1
L’histoire de la M1

La carabine M1

Introduite en 1941, la carabine M1 originale a été mise au point par Winchester pour les troupes américaines qui désiraient un fusil ou une carabine légère. Le projet Winchester, sous le nom de carabine calibre 30-M1, remporta le concours contre d’autres manufactures d’armement pour la production de la 2e guerre mondiale. Comme Winchester avait des moyens de productions limités, ses concurrents ont aussi eu l’occasion d’en fabriquer. Aussi surprenant que ce puisse être, les appels d’offre ont été partagés entre autres par General Motors, IBM, Underwood, Rock-Ola, Inland, Saginaw, National Postal Meter, Irwin-Pedersen et Quality H.M.C. L’arme présentée ici a été fabriquée par IBM Corp; l’inscription apparait sur le dessus du boîtier de la culasse.

Carabine M1

La carabine M1 était l’une des armes les moins chers à produire et utilisées par l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Au début de la Seconde Guerre mondiale, le coût moyen de production d’une carabine M1 était d’environ 45 dollars. Sa légèreté, le faible coût des cartouches et son coût bas de fabrication expliquent pourquoi l’armée américaine a choisi d’adopter cette carabine.

En plus d’avoir été utilisée largement par l’armée américaine durant la Seconde Guerre mondiale, cette arme a aussi été utilisée pendant la guerre de Corée et la guerre du Vietnam.

Carabine M1

En bref,

Le chargeur de 15 coups est détachable et le calibre de cette arme correspond à du 30 CARBINE. Sur la bague du boitier de la culasse, on retrouve les inscriptions U.S CARBINE et CAL .30 M1 sur 2 lignes différentes. Le mécanisme de cette arme est un emprunt de gaz. Ce semi-automatique compact peut aussi remplacer le pistolet et le pistolet-mitrailleur.

Peu de carabines M1 ont survécu avec toutes leurs pièces originales. Celle que nous vous présentons aujourd’hui est en excellent état.

Carabine M1

Vous aimerez aussi :

Lee-Enfield No5 Mark 1
Carabine Lee-Enfield N°5 Mark 1

Lee-Enfield N°5 MARK 1

Le Lee-Enfield N°5 Mark 1, aussi désigné « Carabine de Jungle », est une version plus légère et plus courte du fusil Lee Enfield n°4 MARK 1. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle sera d’abord surnommée « Lightened Rifle » (fusil allégé) avant d’être appelée « Jungle Carbine ».

Conçue vers 1943, elle a été fabriquée au Royaume-Uni de 1944 à 1947 par la Royal Ordnance Factory, Fazakerley (ROF(F)). Dès décembre 1943, plus de 100 000 exemplaires avaient été commandés. Elle a été approuvée officiellement par l’armée britannique le 21 mars 1944 avant d’être adoptée officiellement en septembre 1944.

Lee-Enfield No5 Mark 1Cette carabine fut utilisée en majorité sur le front du Pacifique, notamment en Birmanie en 1944 et 1945 contre le Japon. Appréciée des soldats britanniques qui l’ont côtoyée, elle connut une très courte carrière, puisque qu’elle a été retirée du service en 1947 à cause de problèmes techniques. Elle fut néanmoins employée par la jeune Armée birmane après 1948.

Une arme de collection

Fascinant les collectionneurs par sa rareté, elle est aussi appréciée par les tireurs sportifs pour sa vivacité lors du tir. Toutefois, elle ne conviendra pas vraiment à un tireur sportif compétitif, du fait de ses nombreux problèmes de précision.

Sur le côté gauche du boîtier de culasse, on retrouve la désignation du modèle suivi du fabriquant (ROF(F)), le mois et l’année de sa fabrication, soit novembre 1944 (11/44), et le numéro de série gravé à la main, ici D2691. Le canon est muni d’un cache-flamme conique.

 

Lee-Enfield No5 Mark 1

L’origine du nom Lee-Enfield

Savez-vous que signifie le nom de marque Lee-Enfield? Lee fait référence à James Paris Lee, le concepteur du fusil à chargeur Lee; Enfield fait quant à lui référence au système de rayures Enfield qui a été mis sur le marché en 1895.

Merci à notre donatrice pour cette arme qui est en parfait état.

Vous aimerez aussi :
Arme Lefaucheux
Arme Lefaucheux

À la fin mai 2021, nous avons demandé l’aide de nos abonnés sur Facebook pour nous aider à identifier l’arme que nous vous présentons aujourd’hui. Avec leur aide et quelques recherches, voici donc nos découvertes.

Arme Lefaucheux

Arme Lefaucheux

À la lumière de nos connaissances et des écrits, nous pouvons avancer que ce revolver à broche serait un Lefaucheux modèle 1864 (brevet 1864) fabriqué à Paris. Le marquage E. LEFAUCHEUX BREVETE, PARIS sur le dessus du canon est un excellent indicateur pour la marque ainsi que pour le brevet déposé en France le 31 octobre 1864 et le 3 février 1865. Le marquage LF 1224 sur le côté gauche de l’arme nous permet également d’affirmer qu’il s’agit d’un modèle de marque Lefaucheux.

Arme Lefaucheux

Le calibre de cette arme est du 7 mm pinfire, ce qui n’est pas surprenant puisque les cartouches pinfire étaient très populaires en Europe dans la moitié des années 1800. La longueur du canon est de 125 mm.

Cette arme est intéressante mécaniquement et visuellement; il s’agit d’un modèle à double canon, avec un cylindre de 20 cartouches utilisant une chambre en deux anneaux concentriques. L’anneau intérieur de dix cartouches est tiré depuis le canon inférieur et l’anneau extérieur de dix cartouches est tiré par le canon supérieur. Lorsqu’on arme et qu’on tire, l’arme alterne automatiquement entre les deux. À l’époque, c’était un moyen astucieux d’obtenir une grande capacité sans que le cylindre ne devienne trop énorme. Ce revolver de grande capacité était vendu sur une base limitée et pouvait contenir 8, 12 ou 20 cartouches, comme c’est le cas ici. Il s’agit d’un revolver antique assez rare.

Arme Lefaucheux

Eugène Lefaucheux (1832-1892)

Eugène Gabriel Lefaucheux est l’homme derrière ce revolver. Fils de Casimir Lefaucheux et armurier d’origine française, Lefaucheux déposera 16 brevets en Belgique. La fabrique d’armes Lefaucheux & Company a existé entre 1865 et 1873 à Liège.

En plus de Liège, Eugène Lefaucheux avait également des ateliers à Paris et à Trémerolles. Il est l’inventeur et le fabricant d’un revolver double action à carcasse à dessus ouvert qui utilise la cartouche à broche de son père.

Une arme historique

Grâce à l’intervention de la Police de Montréal, cette arme historique datant des années 1800 fut sauvée de la destruction compte tenu qu’elle a une place importante dans l’histoire. La communauté urbaine a donc permis à un Musée, le nôtre, d’en prendre possession afin d’en assurer la pérennité pour les générations futures.

Merci à Xavier Limoges, Steve Gagnon et Jean-Pierre Audet pour leur contribution, ainsi qu’à Guillaume Van Mastrigt!

*Informations mises à jour le 13 juillet 2021

Vous aimerez aussi :

Loin de babel, sculpture de bronze par Gérard Bélanger
Loin de Babel, Gérard Bélanger

DON AU MUSÉE | Cette semaine, nous avons l’honneur de vous présenter le bronze Loin de Babel sculpté par nul autre que Gérard Bélanger, le fondateur de la Fonderie d’art d’Inverness, la première au Québec.

Loin de Babel, une sculpture imposante

Cette sculpture de bronze, qui mesure 99 X 46 X 20 cm, est grandiose. Sculptée avant les événements du 11 septembre 2001, ces deux tours avec des gens sur leurs côtés est presque prémonitoires.

 

Gérard Bélanger

Né à Montréal en 1936, c’est à partir de 1976 que Gérard Bélanger se consacre presque exclusivement à la sculpture. Selon lui, « le bronze est l’un des matériaux les plus stables, les plus durables et les plus recherchés qui soit ». Il est reconnu internationalement et a perfectionné son art au Canada, en France et aux États-Unis.

Il est d’ailleurs un pionnier des fonderies d’art au Québec. Vers la fin des années 1980, il ouvre la Fonderie d’art d’Inverness, au nord-est de Victoriaville, une première au Québec. Il a consacré de nombreuses années de sa vie à faire en sorte que l’art du Bronze atteigne au Québec les plus hauts standards de qualité.

Il est décédé en mars 2019 à l’âge de 83 ans. Son œuvre continue de nous accompagner et d’être exposée, comme elle l’est au Musée canadien de l’arme et du bronze de Granby.

Merci à la succession de Jean-Marc Chaput pour ce don à notre Musée d’une grande valeur à nos yeux, lui qui aimait beaucoup l’art.

Vous aimerez aussi :
Smith & Wesson - 500 magnum et 460 XVR
Histoire – Les armes puissantes de Smith & Wesson

CHAQUE ARME A SON HISTOIRE | Cette semaine, nous vous présentons le 500 magnum de Smith & Wesson, le revolver de série le plus puissant au monde ainsi que le modèle 460 de Smith & Wesson, un revolver a la vitesse initiale la plus élevée de tous les revolvers de série sur terre, que nous avons la chance d’exposer au Musée.

Le 500 magnum de Smith & Wesson

En 2003, les armuriers et les ingénieurs de Smith & Wesson voulaient offrir une puissance maximale aux chasseurs sérieux d’armes de poing. La puissance qu’ils recherchaient nécessitait un cadre entièrement nouveau, le massif « X-Frame™ », et a servi de base au nouveau modèle S&W 500™, le revolver de série le plus puissant au monde. Cette même année, en 2003, le modèle 29 de Smith & Wesson perdit son titre de « revolver le plus puissant du monde » en laissant sa place au 500 magnum.

500 magnum - Smith & Wesson

Photographiée à côté d’un 0,25 $ canadien, cette arme est, sans contredit, imposante.

Le Smith & Wesson, Modèle 460

Le modèle 460XVR™ de Smith & Wesson possède la vitesse initiale la plus élevée de tous les revolvers de série sur terre. Tout comme le modèle 500, celui-ci a été conçu comme un revolver de chasse et de défense contre le gibier dangereux et prévu pour une utilisation en Afrique et en Alaska.

Le modèle 460XVR™ est si révolutionnaire qu’il a nécessité une toute nouvelle désignation… XVR, X-treme Velocity Revolver. D’ailleurs, ce modèle a remporté le prix de l’arme de poing de l’année de la Shooting Industry Academy of Excellence lors de son lancement en 2005.

Performance Center de Smith & Wesson

Les armes du Performance Center proviennent de modèles standard ou sont créées de toutes pièces. De la coupe et de l’ajustement à la main au réglage fin pour la précision, ces armes à feu sont très performantes. Les produits du Performance Center sont l’expression ultime de l’artisanat du vieux monde mélangé à la technologie moderne.

Smith & Wesson - 500 magnum

 

Ces deux armes, en parfait état, nous sont prêtées au Musée par l’imprésario Pierre Gravel alors qu’elles proviennent de sa collection privée.

Smith & Wesson model 29 et 629
L’histoire du Smith & Wesson Modèle 29 et 629

CHAQUE ARME A SON HISTOIRE | Cette semaine, nous vous présentons des Smith & Wesson Model 29 et 629, un révolver rendu célèbre par la série de films L’Inspecteur Harry, avec Clint Eastwood, et que nous avons la chance d’exposer au Musée.

Smith & Wesson Modèle 29

Le Smith & Wesson Modèle 29 est un revolver en double action de calibre .44 Magnum, fabriqué à partir des années 1950 par la compagnie américaine Smith & Wesson.

Ce révolver a notamment été rendu célèbre par la série de films L’Inspecteur Harry, avec Clint Eastwood dans le rôle de Harry Callahan. Lors de sa sortie en 1955, cette arme avait pour qualificatif de « revolver le plus puissant du monde ». D’ailleurs, le personnage de Callahan l’avait surnommé ainsi dans une scène de braquage de banque, dans le premier film. En 2003, le modèle 29 perdit son titre lorsque Smith & Wesson sortit le 500 magnum.

Le premier modèle de S&W Modèle 29 est apparu en 1955, sous l’appellation « .44 magnum » et a subi plusieurs modifications jusqu’en 1994. C’est à partir de 1957 que le modèle recevra définitivement l’appellation « 29 » auquel sera associé un numéro de version, 29-1, 29-2, etc. Ce numéro de version est visible sur tous les modèles, quand on bascule le barillet, et correspond à une ou plusieurs modifications à une date donnée : 29-1 en 1960, 29-2 en 1961, etc.

Ces Smith & Wesson sont offerts avec plusieurs longueurs de canon : 3’’, 4’’, 5’’, 6’’, 6 ½’’, 8 3/8’’ et 10 1/2’’, avec un fini bleuté. Nous vous présentons ceux de 6 ½’’ et de 8 3/8’’, les deux modèles mis de l’avant dans le premier Dirty Harry en 1971.

Le modèle 629

Le Smith & Wesson modèle 629 est quant à lui introduit dans les années 1980; sa différence avec le modèle 29 est qu’il est en acier inoxydable.

Ceux que nous vous présentons ont une longueur de canon de 4’’, de 6 ½’’ et de 8 3/8’’.

Le S&W dans la culture populaire

Depuis L’Inspecteur Harry, les revolvers S&W 29/629 sont populaires au cinéma, dans les mangas ou dans les jeux vidéo.

Dans la série de films L’Inspecteur Harry, on verra très souvent l’utilisation d’un Smith & Wesson modèle 29 ou 629. On peut aussi apercevoir cette arme dans plusieurs films populaires, dont Fast and Furious, Mad Max 2 et X-Men Origins: Wolverine.

On retrouvera aussi le modèle 29 dans des jeux vidéo comme Call of Duty: Modern Warfare 3 et Far Cry 5.

Merci à nos donateurs pour ces armes qui sont dans un état impeccable.

Luger 1902 carbine
L’histoire de la carabine Luger 1902

CHAQUE ARME A SON HISTOIRE | Il nous fait plaisir vous présenter cette semaine la carabine Luger 1902, un semi-automatique allemand très rare.

Origine du Luger

Le Luger a été développé à l’origine par Georg Luger, un ingénieur employé par l’armurier berlinois Ludwig Loewe & Co. Luger était également le représentant de la société, qui produisait à la fois des fusils et des armes de poing, notamment le pistolet semi-auto à bascule d’Hugo Borchardt.

L’histoire du Luger, modèle de 1902

À partir de 1902, une version carabine avec un canon de 6 pouces, une partie avant en bois et une crosse en bois détachable a été introduite sur le marché. Malgré les tentatives pour se faire accepter par l’armée allemande, Luger se heurte à une résistance, due en grande partie à la petite cartouche de 7,65 mm.

Le modèle 1902 a été produit par DWM en 2 500 exemplaires et fabriqués en deux séries dont les numéros sont compris entre 21 000 et 22 100 et entre 23 500 et 24 900. Celle que nous avons porte le numéro de série 23 998. La plupart de ces armes ont été vendues à l’exportation aux États-Unis et en Grande-Bretagne; c’est la raison pour laquelle elle porte, la plupart du temps, l’inscription Germany ou Made in Germany.

Cette carabine Luger 1902 est un modèle très rare qui a une très grande valeur pour un collectionneur. Elle est en parfaite condition.

Informations sur l’arme

Merci à la succession Fluehler qui a fait don de cette arme de plus de 100 ans à notre Musée.

Pouet Pouet!
Sculpture en bronze – Pouet Pouet! de Marie-Claude Demers

Cette semaine, nous vous présentons avec joie Pouet Pouet!, cette sculpture en bronze aux détails incroyables de Marie-Claude Demers.

Pouet Pouet!

Cette sculpture en bronze mesure 35,5 X 20 X 13,5 pouces et a été coulée à l’Atelier du bronze d’Inverness.

Celle exposée au Musée est le numéro 2 de 24 et a été créée par la sculpteure québécoise de bronze Marie-Claude Demers.

À propos de Marie-Claude Demers

Marie-Claude Demers réalise sa première exposition à dix ans. S’exprimant d’abord par la peinture, la sculpture devient plus tard son médium de prédilection. Titulaire d’un baccalauréat en psychologie de l’UQ de Trois-Rivières, elle reçoit une formation en fonderie de bronze à Guadalajara au Mexique en 2002. Elle expose son travail à de nombreuses reprises au Canada, aux États-Unis, en Espagne et en Équateur.

Elle travaille ses personnages dans l’argile par addition. Puis. Demers crée les moules en cire avec lesquels elle produit ses bronzes. Par un travail minutieux et de longue haleine, cette artiste réalise elle-même toutes les étapes du processus de création de ses sculptures.

Ses œuvres contiennent des symboliques de bonheur. Parfois fantaisistes, parfois ludiques, ses sculptures, représentant des personnages et des animaux folichons, sont inspirées des contes pour enfants. Elles sont teintées de son bagage en psychologie, alors qu’elle a travaillé auprès des enfants.

Cette pièce fait partie de la collection privée de l’imprésario Pierre Gravel et nous est prêtée au Musée afin de bonifier notre collection de bronze.

Arme Thompson
L’histoire du « Thompson Semi-Automatic Carbine, Model 1927 A1 »

CHAQUE ARME A SON HISTOIRE | Le Thompson est un pistolet-mitrailleur américain créé par John T. Thompson en 1919 et utilisé massivement dans plusieurs guerres, dont la Deuxième Guerre mondiale. C’est toutefois lors de la prohibition aux États-Unis que l’arme est devenue célèbre.

La prohibition

Cette époque désigne surtout la période, de janvier 1920 à décembre 1933 aux États-Unis, pendant laquelle un amendement à la Constitution des États-Unis interdisait la fabrication, le transport, la vente, l’importation et l’exportation de boissons alcoolisées. Les forces de l’ordre étaient en charge de détruire le matériel des distilleries et des brasseries, puis de mieux contrôler l’entrée des marchandises aux frontières américaines.

Cette période a eu plusieurs conséquences involontaires, dont celle de donner aux membres du crime organisé plusieurs occasions de mettre sur pied des filières d’importation, des fabriques ou encore un réseau élaboré de distribution illégale de boissons alcoolisées aux États-Unis, notamment par le biais des speakeasies (bar clandestin).

De cette période, les noms d’Eliott Ness et d’Al Capone résonnent encore.

Eliott Ness et Al Capone

Eliott Ness et Al Capone

Malgré un mépris de la population envers l’État à cause de la consommation et de la possession d’alcool chez les politiciens, les médias ont soutenu les activités et les interventions d’Eliot Ness et de son équipe de choc composée d’agents du Trésor, surnommés les Incorruptibles (The Untouchables, en anglais). Sa détermination à faire respecter la prohibition aux États-Unis, et plus particulièrement à Chicago, et son talent pour les relations publiques ont su marqué l’histoire.

Durant cette même période, à Chicago, Al Capone fut l’un des criminels à prendre la tête de ces trafics d’alcool et à renforcir grandement son empire criminel grâce aux immenses profits générés par les ventes illégales d’alcool. Il gagnait des dizaines de millions de dollars par an grâce à la contrebande et aux bars clandestins. Eliot Ness s’opposa alors à Al Capone dans un combat devenu légendaire, sans cependant réussir à faire tomber le criminel pour méfaits graves, soit la vente d’alcool ou le meurtre. Ce sont ses fraudes fiscales révélées par les enquêtes de Frank J. Wilson qui finissent par le faire tomber. Al Capone a été condamné à la peine maximale prévue pour fraude fiscale, soit 11 ans.

Aujourd’hui, la prohibition est considérée comme une expérience ratée qui a stimulé la consommation illégale d’alcool plutôt que de la limiter.

Une arme aimée des policiers et des criminels

Cette arme, aussi appelée « Tommy Gun », « Trench Broom », « Trench Sweeper », Chicago Typewriter » et « Chicago Piano », était privilégiée par les soldats, les criminels, les policiers, le FBI et les civiles pour son ergonomie, son format compact, ses cartouches .45 ACP, sa fiabilité et son pouvoir de tir automatique. Durant l’ère de la prohibition, le Thompson apparaissait même fréquemment dans les médias puisqu’il était utilisé à la fois par les forces de l’ordre et les criminels.

Depuis, l’arme est populaire auprès des collectionneurs à cause de sa place dans l’histoire.

Modèle 1927 A1

L’arme que nous vous présentons aujourd’hui est le modèle 1927 A1 produit par Auto-Ordnance Corporation de West Huarly, New York aux États-Unis entre 1974 et 1999. Il est officiellement connu comme le « Thompson Semi-Automatic Carbine, Model 1927 A1 ».

Information sur l’arme

Merci à notre donateur pour cette arme imposante et remplie d’histoire.

NOTRE MUSÉE ROUVRIRA LE 7 AOÛT 2021

Il nous fait extrêmement plaisir de vous annoncer que nous rouvrons les portes de notre Musée le 7 août prochain! Venez nous visiter!